Pilule contraceptive : pourquoi est-elle dangereuse ?

Si les générations d’aujourd’hui et de demain ne changent rien, l’espèce humaine va disparaître car elle va devenir stérile.” Professeur Pierre-Marie Martin

Comment agit la pilule ?

La pilule agit de trois façons afin d’empêcher aux femmes de tomber enceinte.

D’une part, elle empêche l’ovulation. Les hormones synthétiques produisent un état proche d’un début de grossesse. Le cerveau reçois ainsi le message d'”endormir” les ovaires.

De ce fait, une femme qui prend la pilule ingère 30% d’hormones en plus que ce qui est produit lors d’un cycle normal.

D’autre part, la pilule empêche les spermatozoïdes de passer puisque la progestérone synthétique épaissie la glaire cervicale à l’entrée de l’utérus.

Enfin, elle amincie l’endomètre (les parois de l’utérus) pour empêcher les embryons de s’y installer.

Ce qui explique que sous pilule les femmes n’ont plus de vraie règles.
Le saignement est un réflexe déclenché par l’arrêt des hormones mais l’utérus n’a pas de tissu particulier à éliminer.

C’est pourquoi les règles sous pilule sont plutôt courtes et sans douleur.

article pilule

Quelles conséquences pour les femmes ?

La pilule provoque fatigue chronique, dépression, anémie, infection vaginales, cystites, ostéoporose, prise de poids, hypertension, favorise le diabète, endométriose…

Les œstrogènes et la progestérone synthétique génèrent des carences en vitamine B1,2,3,6 et 12, en magnésium, zinc, sélénium, tyrosine et Q10.

La libido est également impactée puisque la pilule touche directement aux hormones qui la modulent. Elle raréfie les deux principales hormones du désir chez la femme (œstrogène et testostérone) et augmente en permanence la seule qui contribue à le diminuer (progestérone).

Nombre de femmes ont témoignées avoir découvert les vrais plaisir de la sexualité vers 30 ans, lorsque qu’elles ont cessé de prendre la pilule…

Enfin, en 2005, le Centre international de recherche sur le cancer reconnait la pilule oestroprogestative comme produit cancérigène de première catégorie pour les seins, le col de l’utérus, le foie et les voies biliaires.

“Si j’étais une femme, sachant ce que je sais de la physiologie féminine, vous me paieriez cher pour me faire avaler la pilule”. Dr Pierre Simon, gynécologue et endocrinologue

Quelles conséquences pour les hommes ?

Les hommes sont impactés indirectement par les effets de la pilule contraceptive.

En effet, une partie de hormones se retrouvent dans les urines, puis dans les eaux usées qui ne sont pas filtrée dans les stations d’épuration. Elle vont ensuite se jeter dans les eaux de nos mers et de nos rivières.

Afin de consommer l’eau du robinet je vous conseille d’utiliser du charbon actif qui peut retenir ces molécules.

Les eaux usées s’infiltrent partout et féminise les espèces sauvages, menaçant leur survie.

Les zones de déchargement de ces eaux voient tous leurs poissons, être des femelles… Ce qui a une conséquence directe sur les oiseaux qui mangent ces poissons.

Il y a de moins en moins de mâles et ceux qui restent deviennent pour la majorité stériles.

Ça vend du rêves, n’est-ce pas ?

Mais vous savez, ce qui arrive aux animaux, nous arrive à nous aussi, les humains.

Les hommes sont moins fertiles et les cancers liés à l’appareil reproductif augmentent.

Depuis la prescription massive de la pilule, les pédiatres observent chez les petits garçons des taux de croissance de malformations sexuelles similaires à celles observées sur la faune.

Untitled design

La pilule : un perturbateur endocrinien

Les phyto-œstrogènes sont des perturbateurs endocriniens au même titre que les pesticides/engrais, les plastiques et les médicaments.

Une petite définition de ce qu’est un perturbateur endocrinien (Anses.fr) :
“Un perturbateur endocrinien est une substance chimique d’origine naturelle ou artificielle qui peut interférer avec le fonctionnement des glandes endocrines responsable de la sécrétion des hormones. Notamment en mimant l’action d’une hormone naturelle.”

Certaines de ces substances peuvent par ailleurs avoir d’autres effets toxiques, notamment sur la reproduction (fausses couches spontanées), nuire à la fertilité, perturber le développement du fœtus ou encore provoquer des cancer hormono-dépendants.

Quelles alternatives à la pilule ?

DIU en cuivre, préservatif, diaphragme, méthodes naturelles…

N’hésitez pas à parler avec votre gynécologue des moyens de contraceptions. Par confort ou facilité, la pilule est proposé en premier par les médecins.

Cet article n’a pas pour but de vous jugez si vous utiliser ce moyen de contraception.
Les recherches ont prouvés la nocivité de la pilule contraceptives et je vous souhaite de tout cœur de prendre soin de vous.

J’ai consommé la pilule une paire d’année avant de me rendre compte que ça ne me convenais plus. Je ne supportais plus prendre un cachet comme si j’étais malade, d’autant plus, un cachet bourré d’hormones de synthèses.

J’utilise désormais un DIU en cuivre qui est bien pratique puisque je n’ai plus à penser à prendre la pilule.

Cependant, j’ai mis quasiment six mois avant de me lancer puisque j’avais peur d’avoir mal.

Dans mon cas, tout s’est très bien passé. Je n’ai ressenti aucune douleur ni pendant la pause, ni après.
Je suis consciente que mon expérience n’est pas la même pour toutes les femmes.

Je vous conseille de vous renseigner, de questionner votre gynécologue ou sage femme et d’opter pour la contraception qui vous convient le mieux.

Untitled design

Prenez soin de vous,
Jennifer

Sources :
Eat, Gilles Lartigot
Perturbateurs endocriniens : ils sont partout !, Valérie Foussier
J’arrête la pilule, Sabrina Debusquat
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s