Pardonner, un geste pour soi

Pardonner c’est ne plus en vouloir à une personne qui nous a fait du mal. Il n’est pas synonyme d’oubli. Oublier au risque de refaire confiance et retomber dans le mal qui nous pousse à pardonner ? Non. Chaque épreuve est une leçon.

Pardonner c’est avant tout un acte égoïste. J’entends par là qu’il s’agit de se décharger du poids de la rancœur. Ne plus ressasser les mauvais souvenirs pour se concentrer sur le moment présent.

le pardon

Il n’est pas obligatoire de dire à la personne qu’on lui pardonne. Si vous êtes toujours en contact avec, la relation peut s’améliorer si vous lui faites part de votre pardon. A vous de juger le meilleur pour votre cas.

Mon expérience

Lors d’une méditation, je souhaitais le meilleur pour mes proches, pour les personnes que j’aime. Et je m’étais dit que le plus difficile à faire est de souhaiter le meilleur pour les personnes qui nous ont fait du mal. C’est ce que j’ai fait. J’ai pleuré et arrêté ma méditation. Je me suis assise à mon bureau et j’ai écrit. J’ai écrit une lettre de pardon à cette personne. Je me suis sentie libérée d’un poids. Quel bonheur ! Je ne suis pourtant plus en contact avec, mais je ne traîne plus le poison de la rancœur.

Beaucoup de personnes ont du mal à pardonner. Et c’est dommage. Cela ne crée que de mauvaises énergies : manque de confiance en l’autre, en soi, en la providence.

Si notre colère blesse les autres, c’est encore à nous qu’elle fait le plus de mal.
Nathalie Chassériau

Evidemment, il y autant de gens sur Terre que de raison d’en vouloir à une personne. Des plus petits actes, aux plus grands. Et le pardon sera plus ou moins facile à accorder. Il entre dans une démarche personnelle, d’évolution vers un moi plus fort. A chacun de trouver son rythme.

Enfin, je souhaite terminer avec un point qui me semble important. En vouloir à quelqu’un, c’est le punir plusieurs fois pour un acte ou une parole faite une fois. Si la personne tente de se racheter ou fait de son mieux afin d’améliorer la situation, nul ne sert de lui rappeler le mal qu’elle vous a fait. Elle le sait déjà.
Si vous ne parvenez pas à vivre avec cette personne dans votre environnement, pardonnez-lui et éloignez-vous d’elle.

Je voudrais vous partager une méthode proposée par Nathalie Chassériau dans son livre Bouddhisme au quotidien. C’est une méthode pour se libérer de la colère, en :

  • Cultivant le non-attachement
  • Acceptant ses frustrations et en s’efforçant d’en comprendre les causes
  • Suivant la méthode de Shantideva : c’est la haine qu’il faut haïr et non pas notre agresseur, qui en est victime et mérite notre compassion.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s